ContactFacebook Facebook

ProfilsNuances pour les rhétos

Qui suis où vais-je ?
La problématique des rhétos en quête d’eux-mêmes résolue par les ProfilsNuances.

 

A 18 huit ans, souvent même un peu plus jeune, on se pose une des grandes questions…que vas-tu faire comme études ?

Si quelques jeunes restent accrochés à leurs rêves d’enfants et trouvent facilement leur voie, ce n’est pas le cas de tous.

Les études secondaires ont rempli leurs têtes blondes de matières diverses et variées et ont souvent laissé peu de place à la possibilité de se poser des questions plus profondes, parce que, il y a contrôle, il y a stage, il y a voyage rhéto, il y a les milles et une choses du quotidien qui inondent le cerveau, la grille de cours et les après 16h.

Chez EME, nous avons la possibilité de mettre à leur disposition dès 17 ans l’outil simple et efficace que nous utilisons quotidiennement : les ProfilsNuances.

En une heure, une heure trente, le jeune reçoit en couleurs ses atouts, ses facilités, ses savoirs être qui sont de plus en plus valorisés en entreprise et que l’école n’a la plupart du temps pas mis en exergue.
Il comprend la structure de sa personnalité, ses besoins, ce sur quoi il peut s’appuyer et pourra compter tout au long de sa vie. (Et ça lui fait du bien !)

Il comprend aussi où se trouve sa zone de confort. Pour la génération Z, c’est carrément essentiel. C’est là que se trouve son flow. Et les Z ont un besoin viscéral de toucher à cet état de plaisir au travail pour s’y épanouir.

C’est en échangeant, en discutant que nous parvenons à définir avec le jeune ce qui va bien lui convenir et ce qui ne lui conviendra pas.

Ne vous y trompez pas, ce n’est pas une baguette magique qui sort le Saint Graal, il y aura encore un peu de travail à faire après. Aller se confronter aux contenus des cours, aux valeurs des écoles, etc.

Les retours que nous recevons sont très positifs : ils y voient plus clair, ils prennent confiance, ils se reconnectent à eux même. C’est parfois aussi le moment d’expliquer le fonctionnement de l’ado à ses parents, pour remettre gentiment les pendules à l’heure.
C’est s’accepter, se faire confiance et regarder demain le sourire aux lèvres.